La fascination continue de m’habiter face à cette malheureuse persistance de la nature et ce malgré mon anxiété et celle de nous tous. J’observe le tout, réfugiée derrière un masque qui me laisse croire que mon sens de l’ouïe et ma vue sont altérés. Mais les motifs créés par les plantes de coléus, les roses sauvages rose gomme et les zinnias rose vif ne pouvaient être ignorés. Je devais les immortaliser.

Et maintenant que l’automne est arrivé, apportant des jours plus sombres et plus froids, c’est un bonheur de travailler sur ce tableau.

Summer Garden, huile sur panneau de bois, 30” x 24”